CatalÓ | Franšais | Espa˝ol
PÓgina principal
Vous êtes à: Page principale > Enluminures > Modus Operandi > Supports

Supports

Le support de l'écriture.

Chaque époque et chaque lieu ont utilisé ce que la nature lui offre comme support pour l'écriture. De la boue à la pierre jusqu'au papier, il y a un long parcours. Un parcours qui comporte une recherche constante de la simplification et la rapidité de l'écriture, afin de fournir la communi-cation et la transmission des connaissances.

Cependant, la transmission des connaissances de notre civilisation est basée sur ces trois supports : le papyrus, le parchemin et le papier.

 

Cire, boue, métal et pierre.

Escriptura cueniforme

Ces supports de l'écriture nous semble peut-être loin, très loin. Mais à certains moments ils ont été d'une importance suprême. Rappelons par exemple les panneaux cunéiformes de Mésopotamie, gravés sur la boue ; ou les plaques de cire où les Romains imprimaient leurs accords.

Sur la céramique, le métal ou la pierre toutes les cultures ont laissé leurs documents, leurs pensées, leurs ordres, leurs lois ; mais ils s'éloignent beaucoup de ce que nous comprenons aujourd'hui par calligraphie et ils s'approchent plus à celui du gravure et de la sculpture

Les écorces végétales.

Escriptura sobre fulla de palmera

Le mot livre, vient du latin liber, qui, comme seconde acception, signifie la toile fine qui sépare l'écorce du bois de l'arbre. Cette racine étymologique nous suggère la grande variété de supports végétaux qu'on à utilisé pour écrire. Nous citerons deux exemples : l'écorce du bouleau, et la feuille du palmier.

L'ÉCORCE DU BOULEAU
Dans certaines contrées de la Russie, entre le XIème et XVème siècles, l'écorce de bouleau était le seul support possible pour écrire. La rusticité du support empêchait l'utilisation des plumes ou des calamus, de sorte qu'ils gravent avec un poinçon leur écriture cyrillique.

LA FEUILLE DU PALMIER
En Inde, au Tibet et dans le sud de l'Asie on emploie les feuilles du palmier comme support pour l'écriture. C'est une tradition qui n'est pas tout à fait perdue, bien qu'elle soit aujourd'hui presque testimonial ou plutôt touristique.

Les grandes feuilles, préalablement séchées, doivent être baignées dans l'huile pour obtenir la texture et la flexibilité nécessaires pour écrire sur elles avec un poinçon.

Ils ne sont pas proprement des livres, mais l'ensemble du texte formé par diverses feuilles est lié parmi deux bois, l'un supérieur et l'autre inférieur, qui protègent la collection de feuilles de palmier et maintiennent son unité, comme nous faisons avec le livre.

Le papyrus

El llibre dels morts egipci

La célèbre bibliothèque d'Alexandrie débordait de mille de milliers des rouleaux de papyrus écrits et enluminés. De l'ancienne Egypte jusqu'à la Grèce ils gardaient leur culture et leur science dans de sensibles feuilles de papyrus.

Le papyrus est une plante sans feuille qui naît dans le Nil. Avec les membranes qui forment la tige, tissées, collées, pressées et polies, on forme les feuilles ou les rouleaux de papyrus, connues, en latin classique, comme charta. L'Alexandrie en était le grand producteur, et l'ancienne Egypte il était son inventeur.  

C'est un support de matériel noble et d'une bonne luminosité. Sa durée de sa vie est supérieure à celle du papier mais assez inférieur à celle du parchemin.

 

Le parchemin

Il était une fois, dit la légende, que la bibliothèque d'Alexandrie était jalouse du prestige qu'acquérait la bibliothèque de la ville de Pergame. Ainsi, afin d'éviter sa concurrence, il fut décidé de restreindre l'exportation du papyrus, car il aime d'empêcher le travail des copistes de la bibliothèque de Pergame. Ceux-ci, loin de se préoccuper, créèrent un nouveau support de peau, le parchemin. Appelé ainsi en honneur à la ville de sa naissance.

Le parchemin et le vélin sont une peau d'animal épluché et après étirée pendant leur séchage. Les peaux les plus utilisées, pour des motifs bien évidents, sont encore, celles de veau, de chevreau et d'agneau. Le parchemin vierge est célébré, il était obtenu de la peau d'un animal non né.

Pendant le moyen âge, en Europe et dans la Méditerranée, le parchemin est le support le plus utilisé, s'imposant sur le papyrus, jusqu'à la naissance de l'imprimerie et le triomphe du papier.

Sa longévité et sa grande luminosité sont leurs grands avantages. En contre, nous devons le souligner, les changements: l'humidité et la sécheresse le fragilise beaucoup.

Comme matériel de reliure du codex, c'est-à-dire du livre comme aujourd'hui nous le connaissons, il est très apprécié.

Le papier

Le papier est le support calligraphique, actuel, par excellence. Il est fait à partir de la cellulose obtenue des fibres végétales. Les grandes corbeilles à papier obtiennent cette cellulose de la pulpe obtenue par trituration des troncs des arbres. Dans les petits moulins papetiers qui conservent la tradition artisanale et cherchent une qualité significative et suivent avec des techniques traditionnelles, utilisant des chiffons triturés des plantes et écorces végétales, afin d'obtenir une certaine qualité et texture.

L'avantage du papier sur d' autres supports est du à son bas coût et facile fabrication, et la possibilité d'obtenir de grands formats. Par contre nous avons leur courte vie relative et leur faible lumière, si nous le comparons, par exemple, avec le parchemin.

Selon la légende, le papier est une invention chinoise faite l'an 105 de le nôtre époque, par un tel Tsai-lun, qui a présenté à l'Empereur de la Chine un papier fait de chiffons triturés. Au VIIIeme siècle, la légende continue, les arabes ont emprisonné des commerçants chinois dont ils ont appris les secrets de fabrication du papier. Finalement, vers le 1100, à travers Cordoue, Tolède, Palerme et la Grèce, c'est étendue dans toute l'Europe jusqu'à supplanter, avec l'invention de l'imprimerie, tous les autres supports.

La réalité c'est qu'en Chine on a trouvé des documents du IIeme siècle avant nôtre ère, rédigés sur papier ; et au VIIIeme siècle de nôtre ère, Samarkand était un important centre producteur de papier.

 

Octavi Aluja 2008 | Tous les droits reservés | Avis legal | Conditions d'emploi | Fourre-tout | Contacter